DSC00232

Isolation appartement Paris

L’isolation est-elle suffisante? Votre système de chauffage est-il adapté à vos besoins? Quelles sont les interventions à prévoir en priorité? Suivez ces quelques pistes pour vous aider à dresser le bilan thermique de votre chez vous ou de votre local professionnel.

Transformer sa maison en habitation écologique peu énergivore représente un investissement important. Heureusement, les crédits d’impôt, le prêt PU et certaines aides de la Région, de l’Anah (sous condition) permettent d’atténuer sensiblement les coûts et de réduire l’amortissement (4 à 10 ans minimum selon les équipements et installations). La solution consiste à étaler les dépenses dans le temps, mais les diverses aides précitées vont s’atténuer et disparaître à court et moyen terme. On peut donc raisonner en fonction de ces aides, du budget, de l’urgence de vos besoins et de l’intérêt que vous portez à la préservation de la planète.

Isolation, ventilation et chauffage sont les trois éléments à privilégier pour optimiser les performances énergétiques de votre logement.

Liste des priorités

  • A réaliser par étapes : L’isolation ! Commencer par les combles (10 à 30 €/m2  par l’intérieur et 70 €/m2 par l’extérieur) et enchaîner, dans l’ordre, par les fenêtres les murs et te plancher.
  • Profiter des aides : Le chauffage ! Côté chauffage, installer une chaudière à condensation (5000 € environ) ou un système utilisant une énergie renouvelable (15000 € environ) rapporte 40% de crédit d’impôt en 2009, 25% en 2010. Rien n’est prévu les années suivantes. La production d’eau chaude sanitaire avec des capteurs coûte de 4000 à 5000 € à l’installation. Avec un chauffe-eau thermodynamique, elle revient à 3 000 € environ. Que cela soit dans l’immobilier à Paris ou on applique ces méthodes de travail.
  • Récupérer l’énergie : L’autosuffisance? Produire de l’énergie à partir de capteurs photovoltaïques coûte de 10 000 à 25 000 € selon La puissance et bénéficie d’un crédit d’impôts de 50%, en principe jusqu’en 2012. • Récupérer les eaux de pluie, c’est un geste citoyen, Malheureusement, l’investissement est actuellement bien trop élevé ( 5 000 à 8 000 €) par rapport aux économies d’eau réalisées qui se limitent à l’arrosage, au lavage extérieur et à l’alimentation des W.-C. et des machines à laver (avec accord des autorités compétentes).
Children's feet in warm woolen socks heated in the fire in the fireplace

Economiser l’énergie à Paris

Comment améliorer L’efficacité thermique de sa maison ?

Les combles

30% des déperditions thermiques sont dues à la toiture.

Dans les combles perdus, 30 cm de laine minérale ou écologique étalée en rouleau ou en vrac sur le plancher. Dans les combles habitables, 20 à 30 cm de laine minérale ou écologique sur les rampants. En rénovation lourde, isolation par l’extérieur avec la pose de panneaux porteurs isolants.

Les murs

Ils représentent 10 à 15% des déperditions thermiques de la maison.

Par l’intérieur, poser 10 à 20 cm d’isolant en complexe de doublage ou en contre-cloison. Par l’extérieur, prévoir 10 cm d’isolant recouvert d’enduit, de revêtement plastique épais, de bardage.

Le plancher du rez-de-chaussée

Il concerne 15% des déperditions thermiques de la maison.

En sous-face, dans le garage, la cave, le vide sanitaire… poser 8 à 10 cm d’isolant.

Les  fenêtres

Si elles ne sont pas isolées, elles affichent au minimum 15% des déperditions thermiques.

Poser des fenêtres isolantes avec double vitrage à faible émissivité si possible avec lame d’argon et technique «warm edge». Triple vitrage conseillé pour les fenêtres situées au nord. Équiper les menuiseries de stores à l’intérieur et, à l’extérieur, de volets battants ou roulants.  Changer les fenêtres de toit âgées de plus de dix ans pour des modèles récents beaucoup plus performants.

Le chauffage

Une installation de chauffage obsolète entraîne une explosion de la facture d’énergie, des coûts d’entretiens élevés et une pollution excessive.

Remplacer la vieille chaudière par un modèle à condensation au gaz ou au fioul permet une économie de 30%. S’équiper d’un système de régulation avec thermostat et  programmateur apporte 7% d’économie. e installer une pompe à chaleur air-eau si vous avez un système de chauffage central divise la facture par 4. Installer une pompe à chaleur air/air si vous disposez d’un chauffage électrique, ou, comme chauffage d’appoint, un poêle à bois, une cheminée à foyer fermé. Adopter un chauffe-eau solaire ou thermodynamique divise par 2 ou 3 la facture d’eau chaude. Utiliser l’énergie géothermique en installant un puits canadien associé à une VMC double flux constitue un chauffage d’appoint en hiver et apporte de la fraîcheur en été. Cette solution économise 12% d’énergie et est souvent utilisée !

Ampoule basse consommation

Depuis 2012, les ampoules basse consommation ont remplacé définitivement les ampoules à incandescence. Une mesure qui fait polémique. En cause: le rayonnement électromagnétique qu’elles émettent. Selon le Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques, celui-ci serait très élevé dans certaines conditions d’utilisation et susceptible de perturber l’organisme. Donc, économiser l’énergie, oui, mais pas au détriment de la santé. Autre souci: le mercure contenu dans les ampoules fluocompactes certes en petite quantité connu pour ses effets neurotoxiques. L’étude réalisée par l’association Santé environnement France démontre qu’entre le mercure libéré dès le bris de l’ampoule et la partie restant contre les parois qui ne dégaze pas intégralement au même moment, il s’écoule 1 heure.

Les recommandations
À FAIRE

  • Aérer ta pièce en cas de bris d’ampoule.
  • Rapporter les ampoules entières usagées auprès des distributeurs ou en déchetterie, pour leur recyclage.

À NE PAS FAIRE

  • Équiper un Lampadaire de bureau ou de chevet avec ce type d’ampoule.
  • Placer les ampoules basse consommation à moins d’un mètre des utilisateurs; surtout en cas de risques d’interférences avec les dispositifs d’assistance médicale (pacemaker, pompe à médicaments, appareil auditif…).

Avec ce type d’ampoules vous pourrez faire des économies d’argent.

La cheminée un atout ?

 Ne cachez plus vos conduits de fumée, montrez-les !

Mais à condition qu’ils soient beaux… comme les nouveaux tuyaux métalliques rigides qui font maintenant partie de la décoration. Finis les lourds conduits maçonnés qu’il faut soutenir sur un mur porteur ou une fondation, terminé le bistre qui ruisselle et cette condensation qui aboutit toujours à un encrassement rapide !

Faites un trait sur les chantiers sales et les assemblages compliqués en charpente pour respecter des normes bien contraignantes, en effet un conduit traditionnel ne doit pas approcher à moins de 17 cm d’une pièce de bois et à la clef une attente de trois semaines minimum pour se servir du conduit.

La bonne idée c’est les conduits isolés d’une coque cylindrique de laine de roche, sertie d’une double paroi en acier inoxydable poli. Ces véritables « tuyères » sont destinées aux fumées ne dépassant pas 540 degrés en continu et 760 degrés exceptionnellement, donc parfaitement adaptées à une cheminée d’agrément. Super tirage et économies d’énergie, grâce à un très haut rendement dû à une combustion stable et régulière qui aboutit à une réduction maximum des effets polluants.

Pose facile et par tous les temps (même en période de gel), à l’intérieur comme à l’extérieur, par un simple emboîtement par rotation d’un huitième de tour. C’est infiniment plus rapide que pour un conduit maçonné, et le chantier a le mérite d’être propre. Pour faciliter le montage des accessoires permettant toutes les adaptations : coudes droits ou de biais réglables ; cônes de finition ou chapeaux ; systèmes d’étanchéité en toiture… Le tout installé sans risques à 5 cm seulement des bois de charpente.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes questions !