Children's feet in warm woolen socks heated in the fire in the fireplace

Economiser l’énergie à Paris

Comment améliorer L’efficacité thermique de sa maison ?

Les combles

30% des déperditions thermiques sont dues à la toiture.

Dans les combles perdus, 30 cm de laine minérale ou écologique étalée en rouleau ou en vrac sur le plancher. Dans les combles habitables, 20 à 30 cm de laine minérale ou écologique sur les rampants. En rénovation lourde, isolation par l’extérieur avec la pose de panneaux porteurs isolants.

Les murs

Ils représentent 10 à 15% des déperditions thermiques de la maison.

Par l’intérieur, poser 10 à 20 cm d’isolant en complexe de doublage ou en contre-cloison. Par l’extérieur, prévoir 10 cm d’isolant recouvert d’enduit, de revêtement plastique épais, de bardage.

Le plancher du rez-de-chaussée

Il concerne 15% des déperditions thermiques de la maison.

En sous-face, dans le garage, la cave, le vide sanitaire… poser 8 à 10 cm d’isolant.

Les  fenêtres

Si elles ne sont pas isolées, elles affichent au minimum 15% des déperditions thermiques.

Poser des fenêtres isolantes avec double vitrage à faible émissivité si possible avec lame d’argon et technique «warm edge». Triple vitrage conseillé pour les fenêtres situées au nord. Équiper les menuiseries de stores à l’intérieur et, à l’extérieur, de volets battants ou roulants.  Changer les fenêtres de toit âgées de plus de dix ans pour des modèles récents beaucoup plus performants.

Le chauffage

Une installation de chauffage obsolète entraîne une explosion de la facture d’énergie, des coûts d’entretiens élevés et une pollution excessive.

Remplacer la vieille chaudière par un modèle à condensation au gaz ou au fioul permet une économie de 30%. S’équiper d’un système de régulation avec thermostat et  programmateur apporte 7% d’économie. e installer une pompe à chaleur air-eau si vous avez un système de chauffage central divise la facture par 4. Installer une pompe à chaleur air/air si vous disposez d’un chauffage électrique, ou, comme chauffage d’appoint, un poêle à bois, une cheminée à foyer fermé. Adopter un chauffe-eau solaire ou thermodynamique divise par 2 ou 3 la facture d’eau chaude. Utiliser l’énergie géothermique en installant un puits canadien associé à une VMC double flux constitue un chauffage d’appoint en hiver et apporte de la fraîcheur en été. Cette solution économise 12% d’énergie et est souvent utilisée !

FAQ panneaux solaire Paris

AI-JE INTÉRÊT À INSTALLER DES PANNEAUX SOLAIRES?

L’inflation galopante des prix de l’énergie pousse de plus en plus de propriétaires de maisons individuelles à s’orienter vers l’énergie solaire. Les promesses d’économie sont séduisantes, mais l’investissement est lourd. Interrogez-vous au préalable sur la rentabilité de l’opération.
VOS BESOINS

L’installation dépendra évidemment du coût engendré, mais aussi de vos besoins. Vous devez les avoir bien cernés dès le début de votre démarche car ils orienteront la technique à utiliser. Avec l’énergie solaire, vous pouvez:

Soit chauffer votre eau. Vous devrez installer des panneaux solaires thermiques (capteurs solaires) sur le toit ou dans le jardin, et un chauffe-eau solaire;
Soit produire totalement ou partiellement l’électricité dont a besoin votre famille au quotidien (chauffage, eau chaude, appareils électriques). Vous devrez installer alors des panneaux photovoltaïques.

Vous pouvez aussi cumuler les deux systèmes pour tendre vers une autonomie énergétique: les capteurs solaires chauffent l’eau dans votre ballon, ce qui permet de diminuer les besoins globaux d’électricité produite par les panneaux photovoltaïques.

VOTRE LIEU D’HABITATION

Il va sans dire que, dans les régions très ensoleillées, les économies seront plus conséquentes.
L’INVESTISSEMENT

La dépense est élevée, mais vous pouvez bénéficier, sous conditions, d’un crédit d’impôt développement durable et, éventuellement, d’aides de votre région.
Deux techniques 1> Le solaire thermique est réservé à la production de chaleur. Les tuyaux intégrés aux panneaux sont chauffés par le soleil et augmentent La température d’un fluide spécial qui réchauffe un ballon d’eau. Celui-ci est aussi relié à l’électricité ou au gaz qui peuvent prendre le relais Lorsque l’ensoleillement vient à manquer. >Le solaire photovoltaïque collecte l’énergie du soleil pour la convertir en électricité. il est associé à des batteries qui se chargent pendant l’exposition au soleil. L’énergie ainsi stockée permet le fonctionne-ment des appareils électriques, même par temps couvert.

La dépense. Pour l’eau chaude (capteurs solaires), on compte de 1 à 1,5 m2 de capteurs par personne. Sachant que l’installation du m2 revient en moyenne à 1000 €, la dépense sera comprise entre 3000 et 5500 € dans le nord, et entre 2000 à 3500 € dans le sud pour une famille de 4 personnes. – Pour la production d’électricité (panneaux photovoltaïques), la dépense est plus importante. Pour une famille de 4 personnes, il faut compter au moins 15000 €.
Le crédit d’impôt. Il ne concerne que votre résidence principale et les travaux effectués avant le 31 décembre 2012. 11 couvre 50 % de la dépense d’équipement, dans la limite de 8 000 € pour une personne seule et de 16000 € pour un couple (majorés de 400 € par personne à charge).
Les aides financières. – Les régions allouent des aides sous diverses formes (subvention, prêt à 0 %…). Celles-ci sont très variables d’une collectivité à l’autre. Par exemple, la région Nord-Pas-de-Calais subventionne le photovoltaïque jusqu’à 3000 €, alors que celle de Provence-Alpes-Côte-d’Azur n’offre que 300 € par foyer. L’Anah attribue, sous conditions de ressources, une subvention couvrant de 20 à 35 % de la dépense (selon vos revenus) dans la Limite de 13000 € par foyer pour les chauffe-eau solaires.

LA RENTABILITÉ

Il faut attendre plusieurs années avant de rentabiliser son installation. >Pour le solaire thermique, comptez entre 6 et 10 ans. Sachez néanmoins que, sous nos latitudes, il n’est pas possible de couvrir la totalité de ses besoins en eau chaude. Selon la région, vous produirez de 50 à 80 % de votre consommation. Pour le photovoltaïque, il faut compter 7 à 8 ans dans le sud, et entre 9 et 11 ans dans le nord pour rentabiliser l’investissement. La production d’énergie solaire dans le nord est d’environ 2400 kWh par an et, dans le sud, de 3600 kWh pour une installation moyenne. Sachant que la consommation électrique annuelle d’une famille de 4 personnes se situe en France autour de 3 500 kWh (hors chauffage), les besoins ne sont pas toujours couverts.

Ampoule basse consommation

Depuis 2012, les ampoules basse consommation ont remplacé définitivement les ampoules à incandescence. Une mesure qui fait polémique. En cause: le rayonnement électromagnétique qu’elles émettent. Selon le Centre de recherche et d’information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques, celui-ci serait très élevé dans certaines conditions d’utilisation et susceptible de perturber l’organisme. Donc, économiser l’énergie, oui, mais pas au détriment de la santé. Autre souci: le mercure contenu dans les ampoules fluocompactes certes en petite quantité connu pour ses effets neurotoxiques. L’étude réalisée par l’association Santé environnement France démontre qu’entre le mercure libéré dès le bris de l’ampoule et la partie restant contre les parois qui ne dégaze pas intégralement au même moment, il s’écoule 1 heure.

Les recommandations
À FAIRE

  • Aérer ta pièce en cas de bris d’ampoule.
  • Rapporter les ampoules entières usagées auprès des distributeurs ou en déchetterie, pour leur recyclage.

À NE PAS FAIRE

  • Équiper un Lampadaire de bureau ou de chevet avec ce type d’ampoule.
  • Placer les ampoules basse consommation à moins d’un mètre des utilisateurs; surtout en cas de risques d’interférences avec les dispositifs d’assistance médicale (pacemaker, pompe à médicaments, appareil auditif…).

Avec ce type d’ampoules vous pourrez faire des économies d’argent.

La cheminée un atout ?

 Ne cachez plus vos conduits de fumée, montrez-les !

Mais à condition qu’ils soient beaux… comme les nouveaux tuyaux métalliques rigides qui font maintenant partie de la décoration. Finis les lourds conduits maçonnés qu’il faut soutenir sur un mur porteur ou une fondation, terminé le bistre qui ruisselle et cette condensation qui aboutit toujours à un encrassement rapide !

Faites un trait sur les chantiers sales et les assemblages compliqués en charpente pour respecter des normes bien contraignantes, en effet un conduit traditionnel ne doit pas approcher à moins de 17 cm d’une pièce de bois et à la clef une attente de trois semaines minimum pour se servir du conduit.

La bonne idée c’est les conduits isolés d’une coque cylindrique de laine de roche, sertie d’une double paroi en acier inoxydable poli. Ces véritables « tuyères » sont destinées aux fumées ne dépassant pas 540 degrés en continu et 760 degrés exceptionnellement, donc parfaitement adaptées à une cheminée d’agrément. Super tirage et économies d’énergie, grâce à un très haut rendement dû à une combustion stable et régulière qui aboutit à une réduction maximum des effets polluants.

Pose facile et par tous les temps (même en période de gel), à l’intérieur comme à l’extérieur, par un simple emboîtement par rotation d’un huitième de tour. C’est infiniment plus rapide que pour un conduit maçonné, et le chantier a le mérite d’être propre. Pour faciliter le montage des accessoires permettant toutes les adaptations : coudes droits ou de biais réglables ; cônes de finition ou chapeaux ; systèmes d’étanchéité en toiture… Le tout installé sans risques à 5 cm seulement des bois de charpente.

N’hésitez pas à me contacter pour toutes questions !

chauffage-au-bois

Chauffer moins cher

L’état des lieux

Nos préconisations pour vos travaux à Paris

Prenons un exemple :
La maison : une bâtisse des années 1930 sur trois niveaux (+ sous-sol), près de Paris. L’équipement : une chaudière au gaz de ville de 15 ans pour le chauffage et l’ECS, des radiateurs anciens en fonte, des radiateurs récents dans les combles aménagés et un chauffage d’appoint au sous-sol. Le confort en ECS : mauvais dans la salle de bains, trop loin de la chaudière. Il faut attendre longtemps l’eau chaude. L’isolation : toiture et sous-sol isolés en grande partie, fenêtres à double vitrage partout, sauf une baie dans le salon. Le confort d’hiver : le rez-de-chaussée manque de chaleur, en particulier le salon. La facture énergétique : entre 2600 et 2900 € par an. Le budget :10000 € maxi.

  • Opter pour une chaudière à condensation associée à un ballon préparateur d’ECS alimenté en eau chaude par la chaudière et déporté dans la salle de bains ou le plus près possible de la source de puisage.
  • Ajouter des radiateurs là où il fait trop froid l’hiver. L’idéal serait de disposer d’un nouveau réseau de radiateurs à chaleur douce afin d’obtenir un rendement optimal de la chaudière. Mais la famille souhaite garder ses radiateurs en fonte. Un professionnel du gaz peut améliorer leurs performances. Il vérifiera l’absence d’air dans le circuit d’eau, nettoiera l’intérieur des radiateurs, puis procédera à l’équilibrage de l’installation.
  • Installer une régulation reliée à une sonde de température extérieure pour améliorer le rendement, ajouter un thermostat d’ambiance programmable et des robinets thermostatiques sur les radiateurs non équipés. L’expert a également insisté sur l’intérêt d’associer un changement de chaudière à une meilleure isolation.

Nos conseils :

  1. Isoler le rez-de-chaussée par l’intérieur et achever l’isolation du toit et du sous-sol en colmatant les fuites d’air. On pourrait alors encastrer les réseaux d’eau des nouveaux radiateurs.
  2. Remplacer la baie à simple vitrage du salon par un modèle à vitrage peu émissif, en prévoyant une ventilation adaptée. Ces travaux contribueront à optimiser le fonctionnement et les performances de la chaudière à condensation.
factures-fioul-chaudiere-full-9159769

Economies de chauffage

Dans l’ancien : stop à l’inflation budgétaire!

Prendre de bonnes habitudes Vous ne souhaitez pas changer de chaudière pour l’instant, mais vous aimeriez bien réduire vos dépenses sans pour autant grelotter l’hiver ?

Voici quelques pistes d’action :

  • Isoler permet de rendre la maison moins énergivore et plus confortable en toutes saisons, mais cela a un prix. Demandez l’aide d’un expert afin de calculer le coût des travaux, [‘économie d’énergie obtenue après rénovation et le temps de retour sur investissement. L’idéal est de traiter toute l’enveloppe : plan-cher, murs de façade, toiture. Augmenter les épaisseurs d’isolants ne suffit pas. Il faut aussi améliorer l’étanchéité et garantir un bon renouvellement de l’air. Votre budget est limité? Commencez par la toiture, responsable de 30 % des déperditions en moyenne. En façade, privilégiez le côté nord. e S’équiper de volets roulants Fermez-les chaque soir. Vous économiserez ainsi jusqu’à 22 % d’énergie avec des fenêtres à simple vitrage (jusqu’à 9 % avec du double vitrage).
  • Aérer quotidiennement, c’est essentiel pour améliorer la qualité de l’air intérieur. Mais point trop n’en faut. Le risque? Des pièces trop froides, donc une surconsommation de chauffage. N’oubliez pas de couper les convecteurs quand vous ouvrez les fenêtres.  Entretenir régulièrement la ventilation Plus l’air est humide, plus la sensation de froid et le risque de moisissures s’amplifient. e Régler les appareils de façon optimale Chaudière, radiateurs… mieux vaut éviter les manipulations quotidiennes. Une absence prolongée? Mettez sur hors gel.
economie_energie_a_24121

Economie d’énergie

C’est au quotidien qu’il faut apprendre à repenser son mode de vie : un seul geste répété peut suffire à préserver les ressources comme à générer de substantielles économies.

  1. Régulez et programmez votre chauffage Avec un système de régulation, vous consommerez jusqu’à 10 % de moins, et moins encore avec une horloge de programmation. Elle réduit automatiquement la température la nuit ou quand la maison est vide. Vérifiez le réfrigérateur :  La température idéale est de 5°C pour un réfrigérateur et -18°C pour un congélateur. À chaque degré supplémentaire, la consommation d’électricité augmente de 5% et de 30% au-delà de 3 mm de givre. Veillez à l’entretien soit le dégivrage, nettoyage annuel de la grille arrière, bonne étanchéité des portes.
  2. Améliorez vos radiateurs existants Les robinets thermostatiques les maintiennent à température choisie en fonction du type d’occupation de la pièce (chambre ou séjour et des apports gratuits de chaleur avec l’exposition sud.
  3. Baissez le chauffage en hiver. Un degré de moins représente 7% de consommation en moins. Baissez le thermostat quand la maison est inoccupée et adaptez la température aux différentes pièces et périodes de la journée soit 19°C dans les pièces à vivre.
  4. Éteignez les appareils électriques en veille. Chaîne hi-fi, magnétoscope, TV, lecteur DVD, ordinateur… En veille, ils consomment 150 à 500 kWh par ménage et par an, soit la consommation annuelle d’un réfrigérateur.
  5. Faites la chasse aux fuites. Elles sont responsables d’un énorme gaspillage d’eau potable chaque jour : un robinet = jusqu’à 120 litres ; une chasse d’eau = 600 litres, soit la consommation d’une famille de 4 personnes.
  6. Divisez votre consommation d’énergie pour le froid par 3 ou plus en achetant un réfrigérateur ou un congélateur étiqueté A, A+ ou A++. Privilégiez les lampes basse consommation ou fluocompactes : elles consomment 4 fois moins et durent jusqu’à 10 fois plus longtemps qu’une lampe à incandescence.
  7. Économisez l’eau. Préférez une douche rapide (4 à 5 min) à un bain : vous utiliserez 30 à 80 litres d’eau contre 150 à 200. Optez pour des équipements économiques : chasses d’eau à débit variable
  8. Évitez de laver le linge de maison à haute température. Un lave-linge réglé à 40° consomme 25 % d’électricité en moins qu’en cycle court à 60 %. Utilisez la touche éco de votre lave-vaisselle : vous réduirez votre consommation jusqu’à 45%.
  9. Récupérez l’eau de pluie. L’arrosage du jardin consomme entre 4 et 10 litres d’eau par m2 selon la superficie. Et, selon les régions, on peut collecter entre 50 et 150 m3 pour une toiture de 200 m2. Si vous ne pouvez enterrer votre cuve, installez-la dans la cave.